Présentation IRSH

lundi 18 février 2013
par webmaster

Bref historique

L’Institut de Recherches en Sciences Humaines (IRSH) est issu de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN) créé en 1944. Après l’accession du pays à l’indépendance, l’IFAN devient en 1964 le Centre Nigérien de Recherches en Sciences Humaines (CNRSH) qui donnera naissance à l’Institut de Recherches en Sciences humaines (IRSH) après son intégration à l’Université de Niamey en 1974. De ce fait, cette institution est plus ancienne que l’Université elle-même.

Missions

L’I.R.S.H effectue des travaux de recherches en sciences humaines et sociales en particulier sur le Niger et l’Afrique, mais également dans certains domaines apparentés comme la paléontologie et la paléoanthropologie. Il contribue notamment à la formation des chercheurs et étudiants en sciences humaines, en collaboration avec les autres Institutions de l’Université Abdou Moumouni de Niamey et participe à l’effort national de sauvegarde et de revalorisation du patrimoine culturel nigérien. Il participe aussi à la recherche de solutions aux problèmes de développement en affirmant sa double vocation d’institution de recherches fondamentale et appliquée.

Composition

L’I.R.S.H est composé de six départements Scientifiques :
1-Le Département d’Art et d’Archéologie (DARA)
2-Le Département d’Histoire et des Traditions Populaires (HISTRA)
3-Le Département des langues nationales et de linguistique (LILAN)
4-Le Département de Sociologie du Développement (SODEV)
5-Le Département de Géographie et de l’Aménagement de l’Espace (GAME)
6-Le Département des Manuscrits Arabes et Ajami (MARA)

Trois Services Techniques

1-le Service de la Documentation (SEDO)
2-Le Service de l’Audio-visuel (SERVA)
3-Le service des Archives (SERAR)

Il dispose aussi d’un service Administratif et Financier comprenant :

1-le Secrétariat Principal (SEPRI)
2-Le Service Financier (SERFI)
Enfin, l’IRSH dispose d’une bibliothèque de plus de 40 000 volumes et 250 titres de périodiques, d’une salle de conférence de près de 50 places, de trois cases de passage, d’une cuisine et de 2 bases (relais) à Agadez et Maradi accueillant des chercheurs Nigériens et étrangers.


Navigation

Articles de la rubrique